Partagez
Aller en bas
Admin
Messages : 186
Date d'inscription : 05/05/2018
Voir le profil de l'utilisateurhttp://coldwar.forumactif.com

[Février 1920] Le Discours de l'Empereur

le Mer 16 Mai - 18:49

Le Discours de l'Empereur
4 Février 1920



Cela ne fait que quelques mois que le plus effroyable conflit de l'histoire de de l'humanité s'est "achevé". Pourtant, même au lendemain de la fin plus ou moins officielle des hostilités, il n'était pas question de prendre du repos. En Esméridia, la cour était en effervescence, déjà les armées impériales marchaient demeurés sur place s'affairaient à donner la chasse aux fuyards et vermines toujours en fuite tandis que depuis la capitale, l'on organisait avec hardeur un remaniement en urgence des "institutions" locales. En effet, la prise des territoires et le nombres de vies prises avaient eu un effet dévastateur sur la plupart des provinces impériales, l'empire était ruinée, les finances à genoux, l'armée exsangue et l'administration ainsi que la noblesse décapitée en grande majorité. Durant les 5 mois qui suivirent, depuis la capitale, l'on organisa minutieusement la remise en ordre. L'empereur et ses acolytes avaient désormais plus que jamais une grosse part à jouer dans celle ci, l'on nomma, l'on décréta, l'on ordonna. Les méritants qui s'étaient distingués furent anoblis sans attendre et servirait désormais à la reconstruction, au même titre que chaque Esméridien. Toutefois, il manquait quelque chose à toute cette affaire...

De fait, l'Empire tout entier fut tellement absorbé à empêcher la dissolution éventuelle de son ensemble sur le point de s'effondrer de fatigue, qu'il n'avait pas eu le temps de tourner la page. Et pourtant, dans l'esprit de l'empereur, désormais que l'urgence se faisait moins présente et que un semblant d'ordre rappellent la situation de pré-guerre était de retour, il fallait pleinement se dévouer à panser les blessures. Mais avant tout, les blessures de l'âme. Le domaine matériel pouvait attendre, tout le monde était épuisée. Il était plus que temps de prendre un temps de repos, mais aussi de tourner définitivement la page de cette sinistre période au cour d'un évènement qui marquerait les esprits au sein de l'empire.

Ainsi, l'Empereur et ses conseillers, une fois l'ensemble de leurs héroïques forces armées revenus de par delà les frontières, organisèrent un grand triomphe à travers tout l'empire, ça et là, les colonnes de fiers défenseurs du peuple et de l'état Esméridien défilerait comme autrefois les troupes d'Errivian le faisait, mais si cette parade dans la capitale devait être la plus grandiose, elle ne serait pas seule, chaque garnison, chaque homme ou femme ayant versé son sang aurait son heure dans toutes les cités et villages de l'empire. Tandis que le réseaux de Radio et la presse créerait le lien nécessaire à la cohésion nationale de l'évènement.

Et tandis que les principales forces armées remontaient victorieusement la grande allée de Sol Invictus (Nommée il y a fort longtemps en l'honneur d'un grand empereur Antique) au sein d'Angelis et ce jusqu'à sous le Balcon du palais Impérial, la foule scandait ses héros dans l'Euphorie la plus totale. Tambours, trompettes, cors déversaient leurs mélodies tandis que résonnaient les chants tant aimés par la populace Esméridienne. Et tandis que les derniers bataillons cessaient leurs marches, l'ovation populaire laissa peu à peu place au silence tandis qu'au Balcon du Palais l'Empereur Tancred III, vêtu de soieries mêlant tant pourpre et or impériaux qu'ébène du deuil ainsi que son traditionnel couvre-chef surmontée d'un magnifique panache blanc, se présentait aux yeux de son peuple. Malgré qu'il demeurait fort jeune, à peine la vingtaine d'hivers passés, il inspirait tout de même assurément quelques sentiments à ceux qui pouvait l'apercevoir. Une fois que le silence fut total, il entama à pleine voix, sous une pluie de lumières provenant des appareils photographiques et à l'écoute des radios alentours son discours d'état.

"Esméridiens, Esméridiennes, et nos chers alliés qui avez trouvés refuge en nos terres. Voir cette célébration réussie comme il se doit emplie mon coeur de joie en ce jour. Les hommes et les femmes qui se présentent devant vous sont à n'en point douter des héros... Des parangons de vertus qui incarnent à merveille par leurs actes et leur sens du devoir les idéaux que nous autres soutenons depuis des temps immémoriaux. Face à l'adversité, au fanatisme, à l'obscurantisme... Face aux heures les plus sombres de notre histoire, ils ont étés l'épée qui tranchait à travers les ténèbres pour rétablir la lumière de notre espoir. Jamais dans l'histoire de l'Empire, voir même de l'humanité, un si grand nombre n'ont dû autant à si peu. Et c'est pourquoi leurs hauts faits resteront dans les mémoires de tous pour les siècles à venir. Mais pas seulement d'eux, l'histoire qui nous juge se souviendra de vous tous, du plus humble ouvrier ou paysan au plus puissant Duc sur terre, chacun quel qu'il soit à donné sa part dans ce conflit qui a ébranlé ce monde. Chacun a fait preuve d'honneur et de vertu, se sacrifiant à sa manière non pas pour le pays, mais pour nos générations futures, pour notre mode de vie. Chacun a combattu de la plus noble des manières et ce à sa façon pour notre futur à tous. Et pour ceci je vous infiniment reconnaissant. J'ai beau être votre empereur, je ne suis au fond qu'un homme tout comme vous et c'est bien votre courage et vos espoirs qui m'ont poussé à assumer la lourde tâche de mener ce conflit, et ce malgré mon jeune âge et je vous en remercie de tout mon coeur.

Cependant, je me dois aussi de vous présenter mes excuses les plus sincères, et ce au nom de tout ceux que nous n'avons pu sauver de la folie du conflit et de ceux qui y ont perdus la vie. Le trône a failli à sa tâche de tous vous préserver de celle ci, et en assumons le cas échéant la pleine responsabilité. Car même si nous pouvons célébrer cette victoire grandiose, il serait inconvenant d'oublier ceux qui ne sont plus là pour y assister. Cette cérémonie, cet évènement est aussi pour eux. A tous, je vous le dis et je vous en implore. Prenez le temps qu'il vous faudra pour vous souvenir d'eux, et de les honorer à leur juste valeur comme nous honorons nos vivants en ce jour. Relever Esméridia pendra du temps, mais les dégâts matériels peuvent patienter. Notre priorité à tous en ce jour et durant la semaine qui suivra devrait être de panser nos âmes et de faire nos deuils. Dès aujourd'hui, une page de l'histoire se tourne, pour le meilleur comme pour le pire.

Enfin, je voudrais adresser quelques mots à tous ceux qui ont trouvés refuges parmi nous et qui se tiennent à nos côtés en ce jour. Le conflit étant terminée dans son ensemble, vos pays respectifs sont à nouveaux surs dans leur ensemble, et vous devez j'en suis certains, avoir envie de rentrer chez vous. La Chancellerie et ses représentants se tiennent à votre disposition pour cela et prendront les mesures nécessaires pour organiser un retour en vos terres si vous le souhaitez. Toutefois, si d'aventures certains d'entre vous souhaitez rester en Esméridia, sachez que nous serions honorés après ces années de tristesses et de terreurs que nous avons endurés ensemble, de vous offrir la pleine citoyenneté Esméridienne. Nos représentants et notre administration se tiennent eux aussi à votre disposition pour cela.

Sur ce, je vous remercie de votre attention. Je suis fier d'être votre empereur. Que vive Esméridia !"


Et tout en prononçant ces paroles, l'empereur retira son couvre-chef, plaçant d'un mouvement celui ci sur l'emplacement de son coeur tout en s'inclinant devant son peuple.

Effets :
  • Gain de 2 en Influence sur l'Ethréy, la Parse, les Peuples Libres, l'Ankbasa et le Grand Ourajyam.
  • Gain de 1 en Influence sur le Royaume de Galia, la Cité-Etat de Sophosia et la République Maritime d'Estphalie.
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum