Partagez
Aller en bas
avatar
Messages : 31
Date d'inscription : 06/05/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Confédération Gallienne

le Dim 6 Mai - 20:08

Confédération gallienne



1) Généralités



Inspirations culturelles de la nation (facultatif) : La République cubaine des Alpes et des horlogers
Drapeau (Image + Lien sur un hébergeur d’images) :


Nom officiel de la nation : Confédération gallienne
Nom courant de la nation :la Confédération
Gentilé du pays :galien, galienne

Langue(s) officielle(s) de l'État : le gallien
Autres langues reconnues : les langues parlées dans les autre cantons
Devise(s) Nationale(s) : Un pour tous, tous pour un
Hymne national (Ecrite ou en lien url vidéo/son) : https://www.youtube.com/watch?v=MwNMhGxPcT0
La monnaie : le ducat

La capitale : Berna
Description :Berna, “ville fédérale”, est, de fait, la capitale de la confédération car siège permanent du gouvernement fédéral et du parlement gallien. Quatrième plus grande ville du pays et appartenant au canton du même nom, elle est traversée par une rivière prenant sa source dans les montagnes plus au nord. Le canton de Berna comptait environ 1 million d'habitants en 1910, date du dernier recensement. Il va sans dire que la guerre et l'occupation de la ville par les fanatiques ont causés une réduction de la population. Mais avec le temps et la stabilité politique qui se sont installées après la révolution, les gens commencent petit à petit à y revenir, ayant foi en un avenir meilleur. Le climat semi continental de Berna et sa présence sur un plateau rendent les hivers froids et neigeux et les été chauds et humides. La tradition de mercenariat gallienne durant le Moyen Âge amena de nombreuses idées et techniques différentes à la ville, ce qui se traduit par différents styles architecturaux, même après l'incendie de 1917, dans la ville. De plus, les technologies requérant une grande précision, telles que l'horlogerie, ont été la spécialité de la Berna, celle ci étant remplie de boutiques d'horlogers, faisant rayonner le pays à l'international pour la précision de ses appareils et la sophistication de ses machines mécaniques.

Population : la confédération gallienne comptait vers  1910 (les recensements étant à la charge des cantons et non de la confédération, il est difficile de superposer les dates) quelques 30 millions d'habitants mais la guerre et l'occupation ainsi que la révolution ont fait chuter ce chiffre, selon le dernier dénombrement, à 20 millions de personnes.

2) Aperçu de votre nation



Donnez un bref aperçu du pays joué et de sa situation intérieure  actuelle :Majoritairement située dans des montagnes et hauts plateaux, les cantons confédéraux tirent leur richesse, à quelques exceptions, des revenus des mines même si peu exploitées, de l'élevage d'animaux dans les prés communaux qui se prêtent particulièrement à ce genre d'activité du fait de l'acidité du sol qui rend toute agriculture intensive peu productive. L'horlogerie et les technologies mécaniques de précision sont l’apanage de la confédération, réputée pour celles ci à l'international. Cependant un certain retard a été causé suite aux troubles apportés par l'occupation.
Le pays est actuellement en paix et le système confédéral, revu pour donner plus d'autonomie aux cantons, permet une certaine stabilité qui sera difficilement menacée.
Suite à la révolution, l'armée de métier a été interdite et remplacée par l'armée de milice qui assure désormais la sécurité des frontières. Celle ci fonctionne grâce à la conscription et les milices cantonales qui sont réquisitionnées en temps de guerre, comme le prévoit la constitution. La police est gérée par les cantons selon les spécificités locales et non la confédération. L'armée est spécialisée pour les combats en montagne et utilise un matériel daté et les chevaux plutôt que les véhicules pour le transport de troupes. L'absence d'hydrocarbures et une volonté de se passer d'importations n'aide pas au développement de l'industrie liée au pétrole.
Avec la paix revenue, les industries locales et autres activités reprennent vie petit à petit.


3) Institutions gouvernementales



Gouvernement (général) : Ici, décrivez votre gouvernement de la manière la plus générale possible.
Exécutif : Le conseil fédéral, de quelques 7 membres, dispose de l’exécutif. L'administration fédérale leur est subordonnée. En temps de crise menaçant l'existence de l’État et du peuple de la confédération, les pleins pouvoir peuvent être votés à deux dictateurs par le pouvoir législatif. Les membres du conseil sont élus à 4 ans par l'assemblée fédérale et peuvent être reconduits s'ils désirent poursuivre leurs fonctions. Une règle tacite veut que les sièges soient répartis selon le poids des partis à l'assemblée. Le conseil fédéral fonctionne selon le principe de collégialité afin de parvenir à un consensus à chaque décision. Un vote a lieu lorsque le conseil ne parvient pas à se mettre d’accord. Le président de la confédération n'a qu'un rôle symbolique et est tiré au sort parmi les membres du conseil.
Législatif : L'assemblée fédérale est divisée en deux chambres. Le conseil nationale de 200 membres élus par dans les cantons selon leur population. Tous les cantons ont au moins un siège. Le principe de l'élection est déterminé par la constitution fédérale. L’élection a lieu tous les 4 ans et le recensement tous les 10 ans. Dans les cantons à une seule place, un scrutin majoritaire à un tour a lieu. En cas d'égalité (5% de voix d’écart), un tirage au sort à lieu. Lorsque l'abstention est supérieure à 25%, les listes doivent être refaites et l'élection annulée. Au bout de 5 élections au cours d'une même période, un tirage au sort est effectué et tout citoyen du canton peut être tiré au sort et se doit d’exercer son mandat.
Le conseil des États est la seconde chambre (46 membres). Si la basse chambre représente le peuple gallien, la haute chambre représente les cantons à l'assemblée. Le système électoral varie des cantons et est décidé par ceux ci. Le mandat est de 4 ans.
Judiciaire : Le Tribunal fédéral constitue la plus haute autorité judiciaire de la la confédération. Il statue en dernière instance sur tous les recours dirigés contre les décisions des tribunaux suprêmes cantonaux, du Tribunal pénal fédéral et du Tribunal administratif fédéral. Sa devise est “Loi, justice, paix”. Le tribunal ne peut interdire une loi votée par l'assemblée fédérale et son fonctionnement est basé sur la constitution fédérale, qui date du 13ème siècle et n'a que peu changée, même après la révolution.


Moyen de Nomination :Tous les membres du gouvernement et de l'assemblée fédérale sont élus par les citoyens, hommes et femmes (depuis la révolution) de la confédération. Ils peuvent néanmoins, à mis mandat, être destitués par un référendum à base populaire. S'ils ne s'y plient pas, ils deviennent tyrans et la milice et le peuple ont pour devoir de mettre un terme à leur tyrannie par quelques moyens que ce soit. L'assassinat devient légitime et légal (mesure adoptée à l'unanimité par la première assemblée à la libération) à ce moment là.

Autre :Le pays est une fédération de cantons et ceux ci sont libres d'adopter ou non les décisions tenues par le gouvernement confédéral. Les cantons sont souverains selon leur constitution respective mais ne sont plus indépendants comme un Moyen Âge, ont une population et une superficie qui varie du coq à l'âne et leur propre parlement, leur police, leurs hôpitaux et leurs écoles et tribunaux. Il n'y a cependant l'exception des écoles polytechniques fédérales où les élèves les plus talentueux des écoles supérieures cantonales se voient offrir l'accès gratuitement. Y étaient dispensées un enseignement de très haute volée (avant La guerre) faisant de l'ombre aux plus grandes écoles des deux blocs, mais aujourd'hui....

4) Relations extérieures

Non aligné


5) Personnages clefs



Personnages clefs et titres nominatifs composant la nation sur le champ politique ou autre : les membres du conseil fédéral, ceux de l'assemblée fédérale et les juges de la cours suprême.
Les membres actuels du conseil fédéral :

Charles de Bernae, "la foudre du Valais". Capitaine de cavalerie dans l'armée, il mena une suite de combats contre les troupes fanatiques avec une simple brigade de soldats d'infanterie montée. Ses attaques foudroyantes sur les lignes ennemies, parfois en profondeur, suivies de retrait rapides, ont gravement amochés les troupes fanatiques déployées contre lui, alors en sous nombre. Après la capitulation, il continua le combat à l'étranger avec ses troupes. Homme de principe, il exigea toujours que ses interlocuteurs traitent avec lui comme à un membre du gouvernement en exil. Plusieurs tentatives d'assassinat eurent lieu contre sa personne.
Président du conseil et à la tête du département confédéral de l'agriculture, de l'éducation et de la santé :


Sehir Halil, "le fleuve tranquille", à l'origine épicier, il fut le principal fournisseur de la résistance durant l'occupation, permettant aux partisans de se battre avec autre chose que des piques et des fourches.
Au département des finances :


King Bradley, dit "la fureur des montagnes". Paysan, il massacra avec quelques villageois une colonne de blindés ennemis qui avaient eu l'impudence d'abattre une statue à un carrefour en bas de son village. Par la suite dans la résistance, il ne montra aucune pitié avec les prisonniers et fut connu pour la dureté de ses opérations.
Au département confédéral de la défense et de la protection de la population :


Zaganos Kalil, ou "le démon du Jura". Chimiste à Berna, il dirigea sous l'occupation le seul labo de la résistance et mena des opérations imprévisibles qui perturbèrent profondément la logistique des fanatiques, allant même jusqu'à causer la mort du gouverneur général des fanatiques assigné au territoire de la confédération.
Au département confédéral de la justice et police :


Roy Mustang, dit le "le pyromane d'Hisar". Ancien pompier, cet homme s'engagea dans l'armée aux premières heures de la guerre. Devant la fuite de ses officiers, il prit le commandement de son bataillon et retarda l'avancée des fanatiques de 3 jours avant d'incendier la ville d'Hisar avec les troupes ennemies bloquées à l'intérieur.
Au département confédéral de l'intérieur :


Mustafa Kemal, dit “le lion des montagnes”, ce général de l'armée régulière réussi à tenir une succession de réduits alors que tout, y compris son propre camp, était contre lui. Les pertes dans ses rangs étaient effroyables mais sous son commandement, tous l'auraient suivi jusqu'en enfer. Avant guerre, il était connu pour ses critiques concernant l'état du pays et de l'armée.
Au département des transports, de la communication, des forêts et des mines :


Ivan Braginsky, l'"Ours du froid". Avec une poignée de chasseurs et d'anciens soldats, ce jeune homme parvint à faire survivre de nombreuses troupes dans les montagnes, même durant le plus terrible hiver du pays et réussi à mener des attaques contre les garnisons ennemies isolées. Les fanatiques n'ont jamais pu mettre la main sur lui ou ses hommes et les troupes envoyées en montagne ne revenaient jamais.
Au département des affaires étrangères :



Arya Stark, dite “la faucheuse”. Cette gamine de 16 ans a assistée à l’exécution de son entière famille par les fanatiques. Elle réussit à se venger plusieurs mois après en ayant traqué et tué les soldats présents ce jour là tout en les mutilant atrocement. Sa vengeance apaisée, elle contacta la résistance pour leur offrir gracieusement ses services. Elle a a son actif plus d'un officier supérieur et même un évêque ennemi. Son dernier meurtre était celui d'un général du bloc de l'Est qui pensait que les confédérés étaient négligeables et caressait le projet d'établir un État fantoche après la guerre.
Au département des renseignements généraux :


Les membres de la haute chambre et de la basse chambre étaient dans leur majorité dans la résistance. On compte également quelques officiels de l'ancien régime, connus alors à cette époque pour leur droiture ou leurs rebuffades face aux oligarques.


6) Religion



Influence et place de la religion dans l'état : Durant le Moyen Âge jusqu'au début du 20ème siècle, la confédération avait développée une très forte tolérance envers les religions présentes sur son territoire et nul ne se voyait refuser de postes gouvernementaux en fonction de sa religion. Cela est le résultat de cette grande tradition nationale de mercenariat qui ne s'est achevée qu'au 18ème siècle, ainsi que de l'adhésion à la confédération de cantons où la religion pratiquée n'était pas celle de la majorité de la confédération. Mais le solide équilibre sur lequel cette tolérance était fondée vola en éclats lors de la Grande guerre et l'occupation qui s’ensuivit, les armées de fanatiques pillant et ravageant le pays, détruisant des œuvres d'art, des monuments et incendiant nombre de bibliothèques. La révolution n'a pas arrangée les choses puisque même si les congrégations religieuses présentes ne sont pas victimes de pogroms, nombre de leurs biens ont été nationalisés et un serment de loyauté envers la confédération et par dessus tout la confédération est désormais exigé par ceux occupant des position gouvernementales quelles qu'elles soient. Le nouvel État étant en plus laïque...

7) Forces de l'ordre



Type de forces de maintien de l'ordre :Les cantons ont leur propre police, pompiers et gendarmerie, mais l'armée est fédérale. Il s'agit d'une armée de milice basée sur un système de conscription et obligatoire pour les hommes et les femmes (après la révolution). L'armée permanente étant interdite par la constitution, les milices sont chargées de défendre le pays. En temps de guerre, les milices des cantons sont groupées sous un commandement unique confié à un individu choisi par l'assemblée fédérale. Les soldats professionnels ne peuvent dépasser 5% des effectifs de l'armée de milice en temps de paix. Après son service, le milicien peut garder chez lui son arme de service et 3 chargeurs s'il passe chaque année un test à la caserne de sa bourgade pour vérifier s'il est apte ou non à garder son arme. En temps de guerre, toute personne entre 16 et 60 ans peut être appelée si la situation l'exige. En temps de paix, le service de milice est composé de conscrits de 18 à 40 ans.
Nombre : 35 000

Cool Économie



PIB National : 50 milliards (1 point)
PIB/Habitant :2500
Inflation : 20%

Système Économique : économie planifiée
Le système de l’économie planifiée consiste à créer des plans de production annuels ou pluriannuels, et tend à rendre commune la propriété et les moyens de production, soit par la collectivisation, soit par l’Étatisation. Ce système peut être bureaucratique, c’est-à-dire que les membres du gouvernement planifient l’économie Nationale, ou démocratique, c’est-à-dire que les différentes collectivités planifient elles-mêmes leur économie. Dans l’économie planifiée, la propriété privée et les entreprises n’existent pas ; tout est soit aux mains des ouvriers, qui gèrent eux-mêmes en assemblées les moyens de production, soit aux mains de l’État directement, qui gère l’entièreté de l’économie du pays. La deuxième option demande un appareil bureaucratique et Étatique absolument gigantesque.

Bonus/Malus :


   Prix des infrastructures publiques : -10%
   Croissance du PIB public : +0,3% par an
   L’inflation a moins d’effets négatifs sur l’économie
   Malus de stabilité politique
   Aucun PIB privé

9)  Dépense de points



Revenus : 2 points soit 160 millions de revenus
Soldats : 1 point investi. L'armée, après la révolution et la période de transition, était composée de volontaires qui étaient dans les milices cantonales. Armés légèrement, parfois avec de simples arbalètes ou des fusils d'avant guerre à verrou, ou sans canon rayé, ceux ci sont habitués aux tactiques de partisans et à entretenir leur armement eux même, voir à fabriquer leurs armes par eux seuls. Ces tirailleurs disposent cependant d'une excellente connaissance du terrain quelque soit la saison et d'un excellent entraînement, ainsi que de méthodes de camouflage révolutionnaires. Quelques cantons ont tout de même réussis à remettre en marche certains ateliers d'armement communaux et une petite quantité d'armes à verrou de qualité a repris, permettant aux milices de la confédération de remplacer leur matériel le plus obsolète par de l'armement correct. Un dénombrement après la révolution estimait que le total des troupes actives des cantons, pouvant être déployées n'importe où du jour au lendemain, était de quelques 25000 hommes mais avec une réserve apte au service et capable de 3 millions d'hommes (et de femmes). Les milices ont quelques pièces d'artillerie mais celles ci ont plus leur place dans un musée qu'autre chose. L'aviation est réduite à des ballons d'observation et des triplans en bois qui prennent la poussière. La flotte nationale se compose de deux corvette à vapeur en bois et d'un navire de commerce à voile. Cependant, de nombreux plans d'armes bien plus modernes, prototypes ou non, ont pu être sauvés des fanatiques. Il n'appartient plus qu'au gouvernement de mettre sur pieds un industrie capable de produire en masse ces nouvelles armes. De plus, certains chimistes des cantons ont réussis à reproduire certains gaz de combats utilisés par les fanatiques durant la guerre...
Instabilité : 0.
Technologie : 5 points en technologies civiles (50), 3 en économiques (30) et 2 en militaire (20)
Corruption : 0
Clientélisme : 0
Admin
Messages : 186
Date d'inscription : 05/05/2018
Voir le profil de l'utilisateurhttp://coldwar.forumactif.com

Re: Confédération Gallienne

le Lun 14 Mai - 23:58
Je valide, voici ta carte locale :



Et le lien

Tu disposes de tes 8 Etats, répartis comme suit : 3 pauvres et 5 moyens. Tu disposes de 5 villes. Fait ta carte de répartition des Etats et des villes en privé, pas en public.
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum