Partagez
Aller en bas
Admin
Messages : 186
Date d'inscription : 05/05/2018
Voir le profil de l'utilisateurhttp://coldwar.forumactif.com

[Janvier 1920] Fuite des Intellectuels de Malero

le Mar 15 Mai - 21:24

Fuite des Intellectuels de Malero
Janvier 1920


Ce début d'année 1920, cinq mois après la victoire presque finale sur les Fanatiques, marque le premier événement marquant d'après-guerre : la fuite des intellectuels Maleriens anti-colonialistes vers trois pays : l'Empire Esméridien, la Cité-Etat de Sophosia, la République Maritime d'Estphalie et le Royaume de Galia. Ainsi, plusieurs dizaines de personnalités influentes, tels que Ubaida Abdul-Muttalib Awad, venant des colonies de la R.I.S.P., Abu al Khayr Akil Hakimi, des colonies Skorpiennes ou encore Xicotencatl, des colonies Arkadiennes. Néanmoins, ces trois empires coloniaux ne sont pas les seuls touchés, et toutes les colonies de Malero sont touchées par cette désertion massive des intellectuels.

Quelques jours après, tous les intellectuels ayant eut le temps de fuir leurs pays à la faveur des reconstructions et de la dispersion de l'armée se fendent de plusieurs pamphlets enflammés, dans lesquels ils dénoncent unanimement les horreurs de la colonisation et tout ce qu'elle entraîne de mauvais. Ils appellent ainsi les peuples colonisés à se révolter massivement contre leurs esclavagistes. Immédiatement, les gouvernements locaux des colonies interdisent ces textes et mettent sur pied des milices armées pour empêcher la propagation de ces idéaux.

Jet de dé :
Jet de dé pour savoir dans quelles colonies se sont répandues les idées anti-colonisatrices. Il s'agit d'1D6. Sur 1 ou 2 elles se sont largement répandues, sur 3 ou 4 légèrement, sur 5 ou 6 pas du tout. Il sera jeté pour chaque colonisateur :

  • R.I.S.P. : 4
  • Relkch : 3
  • Columbia : 1
  • Skorp : 5
  • Union Nord Germanique : 4
  • Arkadie : 4
  • Phobos : 4
  • Empire Grec : 5
  • Ligue d'Etaros : 4


Effets :


  • +1 d'Instabilité Politique dans les colonies où les pamphlets se sont répandus
  • +2 d'Instabilité Politique dans les colonies où les pamphlets se sont largement répandus
  • -2 Technologie Civile pour tous les colonisateurs
  • +4 Technologie Civile pour l'Empire Esméridien, la Cité-Etat de Sophosia, le Royaume de Galia et la République Maritime d'Estphalie.



Dernière édition par Maître du Jeu le Mar 15 Mai - 21:31, édité 1 fois
Admin
Messages : 186
Date d'inscription : 05/05/2018
Voir le profil de l'utilisateurhttp://coldwar.forumactif.com

Re: [Janvier 1920] Fuite des Intellectuels de Malero

le Mar 15 Mai - 21:31
[H.J : Ajout du Royaume de Galia à l'événement.]
Messages : 42
Date d'inscription : 07/05/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Janvier 1920] Fuite des Intellectuels de Malero

le Mar 15 Mai - 21:38
Le gouvernement de l'Union Nord germanique propose aux peuples colonisés un référendum, pour les laisse choisir de leur destin. Ils auront le choix entre devenir une Provins de l'Union, avec la pleine citoyenneté pour rendre hommage au service rendu à l'Union durant la guerre noir ou ils prendront leur indépendance et devront créer une constitution sur la base de la démocratie même avec des élections libres, suivant l'indépendance du pays.
Quel que soit le choix, le gouvernement de l'Union à la certitude que les peuples suivront le bon chemin.
avatar
Messages : 23
Date d'inscription : 13/05/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Janvier 1920] Fuite des Intellectuels de Malero

le Mar 15 Mai - 21:52
La situation dans la Confédération Mudarrawik était excessivement compliquée, en ce début d’année 1920. L’ameqqran des Alqurbiniks, désormais chef très contesté du semblant de nation qu’il avait sur les bras, avait vraiment autre chose à faire que de s’enquérir de ces problèmes de grosses têtes et de leurs papiers rigolos avec des mots vilains marqués dessus qu,ils distribuaient à tour de bras.
     La chérifa, par contre, en grande protectrice du monde arabe, et intellectuelle de renom dans son pays et un peu ailleurs, se sentit tout de suite solidaire de ces mouvements internationaux. Elle était très au faite de la situation dans les colonies. Son père lui-même avait lutté pour l’indépendance de la Confédération les armes à la main. N’attendant donc certainement pas la validation de l’ameqqran Sulb-Qadm, elle convoqua des journalistes nationaux et internationaux, puis prononça un vif discours de soutien, notamment envers Ubaida Abdul-Muttalib Awad et Abu al Khayr Akil Hakimi. Elle s’adressa d’ailleurs directement à eux dans son discours, leur invitant de la rejoindre à Taganah, seule ville qui allait être épargnée quoi qu’il arrive par la guerre civile – si tant est qu’elle éclatait – du fait de son statut de ville sainte.
     Bien qu’elle ne nomma aucune nation colonisatrice, ses mots furent clairs dans la fin de son discours : « La paix et la sécurité de ce continent ne peuvent provenir que de l’éclatement des anciens empires coloniaux. Ceux-ci ne font que s’accrocher à un vieux rêve. La fin est proche, et il y aura des choix à faire. Ou bien certains choisissent la soumission, ou bien ils choisissent la liberté. Tous doivent également avoir en tête que le mouvement est impossible à arrêter. Ceux qui veulent la stopper ne vont faire que proposer des violences supplémentaires, et ce à la sortie d’une guerre catastrophique. Il appartient à chaque colonisateur de savoir s’il veut qu’on se souvienne de lui comme le boucher de peuples qui allaient s’émanciper peu importe son action, ou un défenseur de la liberté. Toutes les nations qui engagent des processus favorables à la décolonisation seront des serviteurs de la justice. »
     Un témoin de cet enregistrement garda une anecdote pour lui : la chérifa allait prononcer durant cette dernière expression symbolique les deux mots manquants : « de Dieu. » mais elle se retint, sans doute pour ne pas choquer l’opinion internationale.
     Cela fut transmis dans le pays, puis aux médias internationaux.

     Par contumace, une chaire de professeur fut attribuée à Ubaida Abdul-Muttalib Awad et Abu al Khayr Akil Hakimi dans l’Université Abd Al-Hakim de Taganah, la plus prestigieuse de la ville – et donc du pays. Elle était subventionnée par l’Église chiite en large partie, ce qui assurait à ces messieurs un revenu conséquent s’ils venaient.
     Outre cela, la chérifa contacta tout son réseau d’universitaires et de chefs locaux vivant aux frontières, pour savoir si une impression massive de pamphlets du même genre pouvait être lancée, puis distribuée dans les colonies à la frontière sans se faire trop repérer.

     Mise au courant de la décision de la Confédération Germanique, la Chérifa déclara publiquement que c’était là une action très encourageante, qui ne demandait qu’à être rendue systématique. Elle salua l’esprit d’initiative de cette nation, et annonça son amitié envers leur gouvernement, au nom de toute la Confédération Mudarrawik. L’ameqqran se fendit lui-même d’un mot de soutien, bref mais vif.
avatar
Messages : 31
Date d'inscription : 06/05/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Janvier 1920] Fuite des Intellectuels de Malero

le Mar 15 Mai - 22:06
Cable diplomatique de la Confédération Gallienne :
Nous, Charles de Bernae, devant les évènements récents se déroulant dans les colonies, de fait, de certaines puissances régionales situées sur notre continent ou d'autres, annonçons comprendre parfaitement le désir de justice exprimé, violemment ou non, par nombre de penseurs aujourd'hui persécutés par des milices, nous rappelant les heures les plus sombres de notre siècle. La barbarie des fanatiques n'a pas été vaincue pour être remplacée par une autre. Aussi, nous dénonçons vigoureusement dans cette déclaration de principe, les exactions menées par les milices dans ces colonies et faisons savoir aux malheureux souffrant de la répression menée contre eux.
La Confédération Gallienne a été par le passé un refuge pour ceux qui étaient persécutés pour leurs idées. Nous avons aujourd'hui, malgré l'état préoccupant dans lequel se trouve notre pays, l'intention de maintenir cette tradition en accueillant de bon gré les penseurs qui pourraient craindre pour leur vie, ainsi que leurs familles.
Cependant, si nous offrons asile à ces personnes, nous tenons à ce qu'il soit clairement établi le fait que nous ne soutenons aucun mouvement armé opérant dans les colonies ou ailleurs, car cela est contraire à nos principes.
De plus, pour les penseurs, scientifiques, artistes, médecins et ingénieurs menacés pour leurs idée etqui voudraient émigrer dans notre pays, au moins durant le temps que cette situation alarmante durera, nous offrons à celles ci des postes dans nos écoles et académies si elles sont compétentes et pourvu qu'elles apprennent la langue du canton où elles officieront en un an ou moins.

Nous, Charles de Bernae, membre du conseil confédéral de la Confédération Gallienne, espérons que notre message parviendra à temps aux personnes aujourd'hui persécutées et assassinées dans les colonies pour avoir exprimées haut et fort leur désir légitime de justice.
avatar
Messages : 30
Date d'inscription : 06/05/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Janvier 1920] Fuite des Intellectuels de Malero

le Mer 16 Mai - 13:57
La Rhénanie souhaite avant toute chose rappeler que nous sortons d'un conflit destructeur, ce pourquoi la confédération appelle a un apaisement de la situation. En effet aujourd'hui l'heure est à la reconstruction et a l'unité des peuples, or, menacer l'intégrité des pays présent sur ce continent n'est ni souhaitable ni utile et ce pour qui que ce soit. Nous rappelons notre devise "Unis pour l'avenir", en effet vouloir l'indépendance n'apportera qu'une déstabilisation de la région accompagné d'un avenir compromis.
Cependant la confédération des sept principautés de Rhénanie appelle au pays "colonisateur" de considérer les peuples "colonisés" comme des alter ego et donc en faire des citoyens des pays respectif. Cette remarque étant adresser au pays ne le faisant déjà pas, car c'est ce que la confédération aurait fait si elle possédait des colonies.
avatar
Messages : 19
Date d'inscription : 05/05/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Janvier 1920] Fuite des Intellectuels de Malero

le Mer 16 Mai - 22:25
R.I.S.P.



31 Janvier 1920, discours du Libérateur :


Enfants de la République, notre nation se voit touchée par des criminels sans nom souhaitant toucher l’intérieur notre Nation, souhaitant mettre à mal notre pays, et cela, en détruisant quelques choses que nos ancêtres ont mis des siècles à construire nous devons empêcher cette menace et c’est pour cela que les rues seront gardées jour et nuit afin de trouver les traîtres souhaitant détruire ce qu’ont bâti nos ancêtres. Je vous appelle donc enfants de la République à rendre ces traîtres à la police où ils seront interrogés et emprisonnés afin qu’ils ne puissent plus nuire à notre nation en rependant de fausses idéologies. Ceux qui ramèneront les têtes de ce mouvement seront fortement récompensés par le conseil en personne.

Suite à ce discours les messages incitant à la haine divulguée dans le discours de la Chérifa ou celui de la Confédération Galienne. Une police militaire veillant jour & nuit fut mise en place, de la propagande vantant les mérites de la nation et du Libérateur fut disposée dans toutes les colonies afin de mettre une surcouche à ceux qui tentait de se révolter. Et enfin une idée de la Libératrice,  "L’affiche Rouge" montrant très clairement les monstres qu’était ceux qui voulait se révolter avec des reproductions ou photos selon les cas de criminels tels qu'Abdul-Muttalib Awad pour en citer un. Ces tentatives de révoltes n’allaient sûrement pas durer plus d’un mois selon la plupart du conseil, l’idéologie ne s’est que très peu répandue et le dirigeant tient toujours ses tentatives de révoltes d’une poigne de fer.

avatar
Messages : 9
Date d'inscription : 06/05/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Janvier 1920] Fuite des Intellectuels de Malero

le Mer 16 Mai - 22:37
La République maritime d'Estphalie s'est donné pour mission d'aider les différents peuples, et plus particulièrement les peuples colonisés, en recueillant les réfugiés provenant de ces pays. Il est donc tout naturel que nous, Estphaliens, sommes fiers d'accueillir le maximum de réfugiés possible pourvu qu'ils adoptent notre langue et notre culture. Donc, opprimés provenant de R.I.S.P., de Columbia, de Skorp, d'Union Nord Germanique, d'Arkadie, de Phobos, de l'Empire Grec, ou encore de la Ligue d'Etaros osez goûtez à la liberté, osez vous émanciper de vos geôliers, osez gouverner un pays qui vous ressemblera, osez rejoindre l'Estphalie; nous vous attendons à bras ouverts.
Ce discours prononcé par le dirigeant actuel de la République maritime d'Estphalie (nom en cours d'élaboration) fut diffusé partout dans le monde.
Admin
Messages : 186
Date d'inscription : 05/05/2018
Voir le profil de l'utilisateurhttp://coldwar.forumactif.com

Re: [Janvier 1920] Fuite des Intellectuels de Malero

le Mer 16 Mai - 23:13
Les 3 colonies Malériennes de l'Union Nord Germanique acceptent le référendum. Les gouvernements locaux commencent à organiser cet événement majeur dans l'histoire du monde. Les intellectuels exilés se rendent pour une partie d'entre eux dans les colonies Germaniques et proclament des discours enflammés dans les rues et sur les radios, et l'on ne parle plus que du référendum partout. Toute forme de velléité de la part des colonisés est temporairement abandonnée, et les armes sont déposées ; même les milices coloniales abandonnent l'hostilité le temps de l'organisation.

Néanmoins, à la fin de Février, les premiers débordements ont lieu, mais pas ceux auxquels on s'attendait : plutôt des messages radiophoniques diffusés sur des radios, légales quelquefois, le plus souvent illégales, dans les colonies des autres pays, encourageant à suivre l'exemple Germanique...

L'Union Nord Germanique gagne 2 d'Influence sur toutes les colonies de Malero, sauf celle Luménienne, et 1 d'Influence sur l'Ankbasa, l'Ethréy, la Parse, les Peuples Libres et l'Ourajyam. Toutes les colonies autres que les Germaniques et Luméniennes ont +1 d'Instabilité Politique.
Le référendum des colonies Germaniques auront lieu fin mars 1920 (tour prochain).
avatar
Messages : 23
Date d'inscription : 05/05/2018
Age : 15
Localisation : Sur un arc-en-ciel
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Janvier 1920] Fuite des Intellectuels de Malero

le Mer 16 Mai - 23:49
La grande nation du Relkch trouve obsolète les idées de ces intellectuels, après tout le Relkch a toujours cherché à aider les nations colonisées, la preuve la plus flagrante doit sans doute être l'existence de la République Maritime d'Esphalie. De plus nous avons récemment pris la décision de libérer nos colonies du Sud en échange de leur allégeance au Bloc de l'Est ; il nous faut maintenant attendre leur décision quant à cela. Cependant nous sommes réceptifs aux paroles des intellectuels et le Relkch les encourage à propager davantage leurs idées aux vrais pays colonisateurs. Les seuls voulant à tout pris conserver leurs colonies quitte à opprimer les personnes dénonçant ces pratiques. Nous allons d'ailleurs offrir l'asile politiques à tous ces intellectuels fuyant leur pays pour prouver notre soutien à ces idées nouvelles et bienvenues.
avatar
Messages : 22
Date d'inscription : 06/05/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Janvier 1920] Fuite des Intellectuels de Malero

le Jeu 17 Mai - 11:50
2 Février 1920 :

Le porte-parole de la Corporation de Columbia a écrit:Fiers citoyens de Columbia, nous entendons depuis peu des voix s'élevés contre l'occupation de certains territoires de Malero par notre gouvernement. Nous entendons les paroles de certains, accusant notre nation d'oppresser, de piller, de voler des peuples qui ne demanderaient que la liberté et la sécurité. Certains oseraient même nous comparer aux monstres que furent les Fanatiques. Citoyens de Columbia, rien n'est plus faux. La liberté dites-vous ? Oui, la liberté de tuer, de semer le chaos, de déstabiliser l'ordre longuement établit par notre nation sur ces terres. Qui protégea ces territoires pendant la Guerre Noire ? Qui a établit l'ordre dans ces terres divisés et affaiblis par de misérables guerres de clans ? Ces prétendus libérateurs qui viennent aujourd'hui profiter de notre reconstruction pour servir leurs vils desseins ? Non, Columbia, et Columbia seul, assura la sécurité de l'est de Malero durant ce terrible conflit. Est-ce cela auquel vous voulez mettre un terme ? Voulez vous suivre l'exemple de la Chérifa, dirigeante d'une nation ruiné par un coup d'états futiles et de nombreuses dissensions ? Non, Columbia ne le permettra pas, continuera à protéger tout ses territoires, car tel est son bon droit. Le plus fort doit protéger le faible, le plus méritant doit mener le défait, car c'est l'ordre naturel de ce monde. Gloire à la liberté, et Gloire à Columbia !
Contenu sponsorisé

Re: [Janvier 1920] Fuite des Intellectuels de Malero

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum